samedi 21 mars 2009

L’énergie éolienne offre à l’Europe un avantage compétitif selon le Commissaire européen chargé de l’Énergie


« L’énergie éolienne peut remplacer une grande partie des carburants polluants disponibles en quantités finies et dont nous dépendons aujourd’hui », a expliqué ce matin Andris Piebalgs, Commissaire européen chargé de l’Énergie, lors de la séance d’ouverture de la Conférence et exposition européennes sur l’énergie éolienne (EWEC) organisée par EWEA (European Wind Energy Association). « Il est tout à fait approprié d’investir dans des sources d’énergie locales qui prémunissent contre les fluctuations des cours des carburants fossiles et dans lesquelles l’Europe a un réel avantage compétitif ».

D’après la Commission européenne, l’UE détient 3,5 % des réserves de charbon au niveau mondial. Son sous-sol renferme moins de 2 % des réserves de gaz mondial, moins de 2 % de l’uranium mondial et moins d’un pour cent du pétrole mondial. « La lutte pour le contrôle des ressources de carburants dont les réserves s’épuisent rapidement gagne déjà en intensité », a souligné Arthouros Zervos, Président d’EWEA, lors de la séance d’ouverture. « Elle ne pourra que s’intensifier avec le temps et l’Europe perdra cette bataille. Les entreprises européennes détiennent les deux tiers du marché mondial des technologies de l’énergie éolienne qui s’élève à 35 milliards d’euros. L’énergie éolienne est la contribution de l’Europe à la paix, au progrès et à la prospérité et il est urgent pour nous de la développer, de la promouvoir et de l’exporter du mieux que nous le pouvons ».

La contribution de l’énergie éolienne à la prospérité est analysée en détail dans un nouveau rapport publié aujourd’hui par EWEA et présenté aux participants par Arthouros Zervos. Ce document intitulé « The Economics of Wind Energy » offre un panorama complet de l’économie de l’énergie éolienne et compare les coûts du vent à ceux d’autres technologies génératrices d’électricité.

Arthouros Zervos a également annoncé que EWEA a révisé à la hausse son objectif pour 2020 en termes de capacité éolienne installée dans l’UE, en la portant de 180 à 230 GW, dont 40 GW pour l’éolien offshore. « L’accord concernant la Directive sur les énergies renouvelables signé en décembre 2008 et les objectifs que les États membres doivent atteindre d’ici 2020 en matière d’approvisionnement énergétique durable nous ont rendus plus optimistes pour l’avenir du secteur. Nous avons dès lors augmenté nos objectifs. Toutefois, ils ne seront atteints que si tous les États membres mettent en œuvre cette directive efficacement et dans les plus brefs délais », explique-t-il.

EWEA avait initialement fixé un objectif de 180 GW de capacité installée dans l’UE à l’horizon 2020, dont 35 GW en offshore. Le nouvel objectif de 230 GW devrait permettre de produire près de 600 TWh par an dans l’UE d’ici 2020, soit une puissance équivalant aux besoins de 135 millions de foyers européens de taille moyenne (60 % des foyers européens) et qui couvrirait de 14 à 18 % de la demande d’électricité de l’UE (selon la demande totale en 2020).

Mechtild Rothe, vice-présidente du Parlement européen a affirmé que l’énergie éolienne peut avoir des retombées considérables sur l’emploi et l’économie. « L’énergie éolienne est un excellent exemple qui montre comment investir intelligemment dans une économie durable tournée vers l’avenir en permettant à des milliers de personnes de trouver un emploi », a-t-elle déclaré. « Et notamment en ces temps d’incertitude, il est très important que le secteur de l’énergie éolienne en Europe ait créé plus de 60 000 nouveaux emplois au cours des cinq dernières années. Il ne s’agit pas que de simples chiffres. Il s’agit de la force compétitive de l’Europe ! »L’énergie éolienne est incontestablement devenue une force motrice de nos économies. La crise actuelle nous a enseigné qu’il ne faut plus attendre mais agir avant que les problèmes ne se présentent. C’est maintenant qu’il faut investir dans l’énergie éolienne ».

Nobuo Tanaka, directeur exécutif de l’Agence Internationale de l’Énergie (IEA) a souligné lors de sa présentation les bénéfices de l’énergie éolienne pour l’environnement en déclarant qu’elle « a un rôle important à jouer dans l’atténuation des changements climatiques » mais que pour exploiter tout le potentiel du vent « nous avons besoin de politiques nationales efficaces et d’un cadre international solide. Nous devons renforcer, étendre et interconnecter nos réseaux de transmission. Nous devons également renforcer les efforts entrepris dans la recherche et le développement dans les technologies de l’énergie éolienne ». Nabuo Tanaka a également souligné qu’il faut absolument baser les plans de relance économique sur des investissements « verts » pour donner un stimulus à court terme et obtenir des bénéfices à long terme.

Selon Roland Sundén, PDG de LM Glasfiber et Président de l’EWEC 2009, « en 2008, la capacité éolienne installée en UE dépasse toutes les autres technologies génératrices d’électricité. Les résultats enregistrés par le secteur éolien sont la preuve la plus tangible que le vent est créateur d’une valeur appréciable. Alors que la crise financière et économique s’aggrave, cela devient particulièrement pertinent, et cette pertinence ouvre une fenêtre d’opportunités historique à tous ceux qui sont engagés à lutter contre les changements climatiques, à soutenir le leadership technologique et à créer de nouvelles exportations compétitives et des emplois ».

André Antolini, président du Syndicat des énergies renouvelables (SER) a cité la France comme exemple spécifique de ce que le vent peut apporter à l’économie. Il a souligné que « en France, plus de 130 sociétés fabriquent maintenant des composantes ou offrent des services au secteur de l’énergie éolienne. Le vent est bénéfique à l’industrie et à l’économie ». Marcin Korolec, Secrétaire d’Etat au ministère de l’économie en Pologne a tout à fait approuvé ces paroles. Il a ajouté que « Le développement de l’énergie éolienne stimule toute l’économie, particulièrement en temps de crise ».

Jean-Louis Bal, en charge de la Direction des énergies renouvelables de l’ADEME, a souligné les conséquences importantes que les objectifs fixés pour 2020 auront sur notre avenir. « Les objectifs 20-20-20 à atteindre d’ici 2020 représentent un investissement important, mais également un investissement dont les avantages à moyen et long termes dépasseront les coûts », a-t-il déclaré.

Pour matérialiser graphiquement les avantages de l’énergie éolienne, Roland Sundén a déclenché un « compteur d’énergie éolienne » qui restera actif jusqu’à la clôture de l’EWEC. Il indiquera la quantité d’électricité produite en Europe à partir du vent, le nombre d’investissements effectués, ainsi que le nombre d’emplois créés et de turbines installées pendant ces quatre jours.

Pour télécharger le rapport « The Economics of Wind Energy », veuillez cliquer ici .
Pour plus d’informations sur l’EWEC, consultez le site www.ewec2009.info .

EWEA est la voix de l’industrie éolienne. Elle promeut activement l’utilisation de l’énergie éolienne en Europe et dans le monde. Elle compte plus de 550 membres issus de 50 pays, notamment des fabricants d’éoliennes représentant plus de 90% du marché éolien mondial, ainsi que des fabricants de composants, des instituts de recherche, des associations nationales de l’éolien et des énergies renouvelables, des développeurs, des entrepreneurs, des fournisseurs d’électricité, des sociétés de financement, des compagnies d’assurance et des consultants. Toutes ces resources font d’EWEA le réseau le plus étendu et le plus puissant au monde consacré à l’éolien.



jeudi 12 mars 2009

Le pôle de compétitivité Capenergies et EDF signent une convention de partenariat



Le 20 février 2009, à la Baume (13), Serge Durand, Président de Capenergies et Claude Monmejean, Délégué Régional EDF Provence-Alpes-Côte d’Azur vont signer une convention de partenariat destinée à accompagner le dynamisme du pôle et le développement de ses actions.

Capenergies est un pôle de Compétitivité entièrement dédié aux énergies non génératrices de gaz à effet de serre. Il couvre géographiquement les Régions Provence Alpes Côte d’Azur, Corse, Guadeloupe, Réunion et la Principauté de Monaco, et regroupe aujourd’hui plus de 350 acteurs de l’industrie, de la recherche et de la formation.

EDF, premier producteur d’électricité en Europe, s’est fortement engagé dans le développement des énergies sans émission de CO 2 , et en particulier dans le domaine de la Maîtrise de la Demande en Energie et des Energies Renouvelables.

EDF a récemment ouvert la plus grande centrale solaire de France à Narbonne : 7 MWc pour 25 M€ d’investissement et doit mettre en service d’ici la fin du premier semestre la centrale solaire photovoltaïque de Manosque : 4 MW. Les travaux débutent la semaine prochaine. Quelques semaines plus tard débuteront les travaux pour la réalisation de la centrale solaire de Ste Tulle d’une puissance de 4,1 MW.

EDF souhaite également développer la production hydraulique en particulier en PACA : un potentiel de développement de 35 à 90 MW dans les Alpes-Maritimes est actuellement à l’étude par l’optimisation des installations existantes et le développement de nouvelles installations de petite hydraulique.

EDF contribuera ainsi au renforcement de l’alimentation de l’Est de la région PACA. EDF, membre fondateur et porteur du pôle Capenergies, souhaite poursuivre son investissement dans les actions de gouvernance et d’animation du pôle, avec la volonté de promouvoir l’innovation dans le domaine de l’énergie , à l’exemple des deux autres membres porteurs de Capenergies, le CEA et la Collectivité Territoriale de Corse.

EDF confirme ainsi son engagement au sein de Capenergies et contribuera de manière très active à l’ensemble des actions d’innovation, de soutien aux PME-PMI, de promotion et de représentation du pôle Capenergies.





Contacts : CAPENERGIES : Bernard BESNAINOU – Tel : 06.82.59.42.63 – email : bernard.besnainou@capenergies.fr
EDF : Christine BAZE – Tel : 06.19.96.94.16 - email : christine.baze@edf.fr

lundi 26 janvier 2009

Le Salon de l’Environnement et des Métiers Durables (SEMD) - le 17, 18 et 19 juin 2009




Le Salon de l’Environnement et des Métiers Durables (SEMD) - le 17, 18 et 19 juin 2009 au Musée de l’Homme - est le rendez-vous incontournable des décideurs en recherche de solutions environnementales et d’éco-innovations.
Concept unique et événement 100% compensé carbone, ces trois journées réservées aux professionnels des secteurs privés et publics, sont à la fois l’occasion pour les exposants de promouvoir leurs solutions (technologies ou conseils) en matière d’environnement, ainsi que d’échanger leurs bonnes pratiques et expertises complémentaires avec des industriels, chefs d’entreprises, élus, décideurs locaux.
En 2009, grâce à une rencontre des éco-innovations
issues de différents secteurs (BTP, transport, énergie, déchets, eau, services, agriculture et chimie), la nouvelle édition du SEMD est l’opportunité de découvrir encore plus de solutions à forte valeur ajoutée ainsi que les outils permettant aux entreprises et aux acteurs publics de réduire leur facture énergétique, de valoriser leurs actifs et de restaurer l’environnement !
Le SEMD 2009 offre également un cycle conférences de haut niveau, thématiques et transversales, animées par les acteurs clés du Grenelle de l’environnement.

www.semd.fr

Information dispensé par:

GREEN IS BEAUTIFUL® est une agence conseil en communication (éco)responsable et Développement Durable qui évolue au carrefour de la communication, de l’esthétique verte et de l’éducation à la préservation de l’environnement. L’agence possède son studio graphique et publie un magazine 100% éco-responsable, premier en son genre et téléchargeable gratuitement.
www.green-is-beautiful.com

Recherche de sujets connexes